GALERIE

 

Dans ma carte mentale des galeries de photographie à Paris, Acte2 tient une place à part. Non seulement parce que la rue d’Artois, où elle est nichée, entre les Champs Elysées et le boulevard Haussmann, est un peu à l’écart du circuit habituel des galeries, mais surtout parce que ses expositions et ses artistes se distinguent de toutes les autres galeries. On y trouve un mélange d’artistes reconnus mais que l’on voit finalement assez peu à Paris, comme Jock Sturges, Mark Seliger, Eikoh Hosoe (qui a présenté un spectacle de danse Buto dans la galerie le soir du vernissage), Albert Watson, John Stewart ou encore Peter Lindbergh.

Mais on y expose également de jeunes artistes pas encore très connus, comme Cédric Delsaux ou bien Susanne Junker et Philippe Assalit. Une galerie à la fois rock n’ roll (et parfois sulfureuse, lorsqu’elle montre les nus de Sturges qui ont été saisis par le FBI aux Etats-Unis) et en phase avec son époque.

« Lorsque nous avons décidé de nous lancer, » explique Alexandre Percy, co-fondateur d’Acte2 avec Renaud Bergonzo, « nous voulions proposer une alternative à ce qui se faisait et sortir de la photographie humaniste. Depuis le début, nous essayons de montrer, sous différentes formes et différents styles, de la photographie qui nous paraît intéressante. Nous allons au delà d’une ambiance ou d’une thématique. Nous traversons les thèmes classiques de la photographie. »

Alexandre Percy et ses associés ont réfléchi à leur projet de galerie pendant deux ans, jusqu’au jour où ils ont trouvé l’espace rue d’Artois, « à la pointe du Triangle d’Or » et juste à côté du Centre National de la Photographie lorsqu’il était rue Berryer. « 250m2 en lumière du jour, qui nous ont permis de montrer des grands formats dans de bonnes conditions, » explique Percy. « Notre projet était de montrer la photographie contemporaine comme une continuation de notre collection et dans un espace contemporain. » C’est un endroit ouvert sur la ville, sur la curiosité des autres, d’ouverture culturelle, explique Alexandre Percy.

Pour les trois acolytes, il s’agit de faire partager la passion qui les anime en alliant modernité _ Mark Seliger et les Rolling Stones _ et la tradition, comme l’extraordinaire exposition de Greg Gorman avec ses tirages à l’or ou au platine, ou encore Jon Stewart avec ses tirages Fresson. « Nous essayons de garder vivant des points de vue, des techniques, des oeuvres qui sont menacées. Nous souhaitons avoir un rôle d’éducateurs. »

Acte2, qui est indépendante financièrement, monte six expositions par an à la galerie et est présente à certains salons ou foires, comme Art Paris ou Tokyo Photo. La galerie est a également un avantage sur ses concurrentes: ses vernissages sont , et de loin , les plus rock n’ roll.

L’auteur
Jean-Sébastien Stehli